Iran 2019

11 Septembre, direction Erzurum

Nous partons direction le consulat très excités mais nous avons bien repéré les parkings afin de ne pas rééditer notre expédition de vendredi.

Arrivée au but, déjà 6 personnes attendent. On papote avec un français qui se balade seul utilisant les bus et qui pense passer en Iran dans 5/6 jours. Les français sont appelés en groupe et doivent aller payer leur taxe à la banque. Voilà les Hommes partis pendant que je garde les affaires. Retour des 2 mecs langue pendante après 1h30 d’absence, c’est dure les grimpettes ici.

12h30 nous avons notre grand papier qui nous donne le droit d’entrer en Iran pendant 30 jours

On se quitte tout sourire direction Erzurum. On roule, on longe la mer noire, le paysage devient moins industriel plus agréable. Arrêt à Surmène ville du couteau pour une pause déjeuner. On repart, on papote et nous ne regardons pas le GPS qui nous amène faire l’école buissonnière. On se retrouve sur une toute petite route D915 à une voiture qui serpente dans des villages accrochés à la montagne où le temps semble s’être arrêté.

Et puis après une dernière maison perdue on se retrouve sur une jolie piste à flanc de montagne, nous partons de 1000m d’altitude pour arriver à 2400 m. Joli paysage minéral où les virages en épingle sont légion, une espèce de brume tombe sur les crêtes et au détour d’un virage un super cirque se découvre.

Nous arrivons sur un haut plateau où des vaches paissent, le foin est à l’abri  et un petit ruisseau serpente dans les prés. Wahoo c’est sublime ces verts et ces ocres qui se côtoient.

Retour à la civilisation tranquillement par une route en remblai qui deviendra goudronnée un peu plus bas dans des paysages montagneux à perte de vue. On redescend jusqu’à 1700m dans une vallée bordée de peupliers au ruisseau chantant.

On arrive à Bayburt, ou nous reprendrons une 4 voies.

Et si on se cherchait un bivouac il est 17h30, 1er essai raté, 2ème essai gagné on pose nos valises sur un terre plein abritant des ballots de paille et surplombant un ruisseau.

Repas léger et pendant que je fais la vaisselle 3 jeunes arrivent pour nous expliquer qu’il faut faire attention à la paille. Bon, jusque là on s’en doutait. Puis, ah! vous êtes français y en a un qui nous dit qu’il veut y venir vivre. Et ils disparaissent comme une envolée de moineaux et 20 minutes plus tard ce sont 4 adultes qui arrivent parlant français, nous offrant aide et même un qui voulait nous offrir l’hospitalité. Après quelques palabres chacun regagne ses pénates et nous nous préparons au coucher.

Ecrit par

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :