Mauritanie Maroc 2017

12 Mars, Atar – Chinguetti

Coucou nous revoilou. Hier journée off alors pas grand chose à raconter sinon qu’on s’est reposé, on a rangé, nettoyé bref joué à la fée du logis.
Après une petite ballade en ville et le partage du thé avec Ayati dans sa boutique nous sommes rentrés au çamping et là surprise notre petit autrichien nous attendait (chut je crois que nous sommes pistés). Le bambin tout content nous raconte ses exploits. Il s’est fait des copains à Noadibhou qui lui ont fait prendre le train de minerai en douce, eux avec leur moto et lui son sac à dos. Il est arrivé à Choum à 3h du mat, et après négoce il a trouvé un 4×4 brousse pour venir jusqu’ici heureux le môme mais fatigué.
Ce matin nous lui avons dit au revoir et peut être à plus tard. Après quelques courses en villes nous avons pris la direction de Chinguetti. Belle et grande piste, le ciel est bleu et la vue dégagée. Nous nous sommes arrêtés après le col pour la pause pic nic et admirer le paysage.

On reprend la piste et au fur et à mesure le sable refait son apparition. On entre dans la ville et à peine arrêté nous sommes entourés de Chiguettiens venus offrir leurs services, vendre leurs boubous, demander un cadeau.
Chinguetti ex ville très très touristique d’où partait des balade dans le désert à dos de chameau, en 4×4, en trekking. C’était l’époque heureuse du Paris -Dakar africain. Les touristes affluaient jusqu’au jour au notre petit Nicolas a dit la Mauritanie n’est pas sécuritaire et le Paris – Dakar s’est arrêté et les touristes ne sont plus venus et tous les Chiguettiens qui avaient investit dans le tourisme n’ont plus de travail et ne cherche pas à se reconvertir, ils espèrent… Et attendent. Si on les écoutait on devrait venir avec une remorque pour les cadeaux et leur acheter tous leurs boubous. Ou alors on leur achète leurs boubous et on leurs offre.

Un petit tour en ville escorté d’un pseudo guide, d’une vendeuse de boubous, d’une responsable de coopérative à la recherche d’un mari, et de joyeux gamins piaillant à qui mieux mieux cadeau cadeau!!!

On fuit, un peu triste de leur laisser la pauvreté et chaque fois on se dit « on a de la chance d’être né d’où l’on vient !! »

On se dirige vers notre bivouac du soir à l’abri des regards .

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *