Mauritanie Maroc 2017

15 Mars, Sable et cailloux

Je m’attendais à passer une superbe nuit car après le dîner je me suis prise une douche sous les étoiles et nous avons papoté tranquillement en observant les constellations. J’avoue je n’ai toujours rien compris. Mais je cherche mes étoiles filantes.

Dans la nuit, 2heures du mat environ le vent s’est levé et dans le silence des dunes et bien mes aïeuls ça fait un sacré barouffe.

A 9h on a plié bagages, le sable voltigeait de partout. On a quitté un peu les dunes on a repris les cailloux, puis à nouveau les dunes et d’un coup après avoir passé un petit col rocailleux on est tombé sur une piste zigzaguant dans les dunes en espèce de béton/goudron/cailloux qui fait les montagnes russes c’est impressionnant. Et puis d’un coup plus rien, on revient à du gros cailloux mais alors de la très grosses pierres. Re dunes, re cailloux, on cherche on trouve, et d’après nos calculs nous devons être proche d’Ain Sefra petite ville indiquée sur nos cartes. Rien a l’horizon, mais nous voyons un puits et devant il y a un nomade, c’est rare dans la région !! On lui pose la question c’est par où ? Il faut contourner un grand parc bien clos où il n’y a que des Acacias et quelques chameaux cela doit être une nursery !! On cherche, on tourne, on retourne et rien de rien, sinon une belle piste montante noire. Et on se retrouve sur la piste roulante, 60km/h dans les meilleurs moments, toujours pas de N4. Gepetto manie sa monture d’une main de maître, le vent m’a recouverte de sable et nous roulons toujours par 38 degrés. Piste noire, piste de sable, piste de cailloux, dit maman c’est encore loin ?

Face à moi surgit une mer de sable avec des dunes, et l’homme dit voilà le goudron. Je pense mauvaise plaisanterie mais non le goudron est là youppi.
Joli goudron, gentil goudron, pas un chat dessus sauf 2 4×4 en 140 km, bordé par les dunes qui recouvrent fréquemment la route et oui !!! D’un coup plus de goudron mais une dune, c’est l’Afrique.

Jolis paysages, quelques oasis, et de plus en plus de nomades, il fait chaud et ici le stop est monnaie courante donc Pierre a 2 auto stoppeuses jusqu’à Rachid où nous nous arrêterons un peu. Petit village tranquille où il y a quelques ruines. Notre objectif pour ce soir c’est Tidjikja.

On y est arrivé, malheureusement 10 ans trop tard car depuis l’arrêt du Dakar la ville se meurt.

Nous nous sommes arrêtés dans un petit camping en ville (le seul que nous ayons trouvé), et le patron est très sympa après le dîner il nous a présenté toute sa descendance et nous avons fait une séance photo.
C’est l’heure du marchand de sable (ça nous manque trop !!)

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *