Maroc 2019

17 Avril, de Tazarine au lac Iriki

Après une superbe nuit, nous nous dirigeons vers Zagora et en chemin la rirette… on croise les camions d’assistance du Moroco Désert Challenge. Belles bêtes, mais franchement la route ne vous appartient pas et c’est pas parce que vous êtes gros que vous avez tous les droits. C’est mon coup de gueule et souhaitons qu’il soit entendu et que les organisateurs veillent enfin à la sécurité des utilisateurs des routes.Petit arrêt chez Ali Nassir puis à la pâtisserie pour deux M… et direction Tagounite. Au fur et à mesure un vent de sable se lève, le ciel est chargé et l’horizon bouché, ça rime.Déjeuné à l’abris d’un resto et nous prenons la piste. Début de la piste c’est notre route des pastèques, facile puis petite piste cahoteuse, le hamster n’est pas à la noce debout sur ses pédales son cavalier essaie d’éviter les pierres.Et puis on lui laisse un peu d’avance on roule et dans un virage on retrouve le hamster planté dans le sable et son cavalier désabusé 260kg ça se bouge pas comme ça 😉Moto sortie de son ornière et on repart, le cavalier et sa monture prennent de l’assurance et ça roule quand dans la ligne droite une grosse traversée de sable mou entraîne le hamster au sol et son cavalier en roulé boulé. C’est dit le hamster n’aime pas le sable.On repart, on traverse un beau oued sec ou un tracteur est stationné son proprio a besoin du gonfleur pour son très gros pneu arrière. Non pas le gonfleur à pied l’autre. Et hop Gepetto sort son compresseur et commence,… le temps passe et l’appareil fait un bruit de « je suis pas content », une petite pause et on regonfle la taille de la pantoufle du tracteur n’est pas identique à celle du dromadaire y’en à un qui est jaloux.Et on repart, le vent souffle, le sable vole et nous arrivons à l’oasis sacrée. Grand moment de pause, petites photos on se demande bivouac là où plus loin ? L’arrivée de jeunes tofeurs nous chassera.En route pour les 25 km restants.Cailloux, descente, cailloux, montée, plat, cailloux c’est pas la piste la plus sympa mais c’est celle où il y a le moins de sable.On arrive près du lac mais la visibilité étant nulle et le hamster complètement récalcitrant au sable nous décidons de bivouaquer devant un des nombreux café du lac qui à cette heure sont fermés. On s’installe à l’abris du vent on va être bien.Et nous apercevons un coureur des sables mais non point c’est un employé qui vient nous ouvrir sa taverne. Ben que nenni mon brave, on va tout bêtement bouffer de cochonneries et s’écraser comme des crêpes tellement on est naze.Petite soirée sous un très léger vent, éclairés par la presque pleine lune.Demain sera un autre jour.

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *