Espagne 2020

20 Octobre,

On a dormi comme des bébés, le sommeil du juste .

A 9h30 on est prêt, un petit tour en ville pour notre café matinale, le plein de la bestiole et un petit arrêt pour le pain.

Le ciel est gris, on sort de la ville et la un troupeau de mouflons/Bouquetins bref sorte de biquettes sauvages de rochers nous passent tranquillement devant, allez y les filles aujourd’hui les chasseurs travaillent.

On contourne le lac et en contrebas un campement de 4×4, on fait Demi-tour, on les rejoins. Des français, et les papotages commencent.

6 voitures du 33, qui se font une sortie entre potes, équipe de joyeux drilles en goguette. Les garçons regardent sous les jupes des voitures et la pluie nous fait rentrer dans nos voitures. On se quitte, on décide de passer par Ateca ou un petit arrêt café et pan con tomate y jamon pour récupérer la piste au point 274. On attaque la remontée de la décharge et là quelques volatiles vautours plus gros qu’une dinde de Noël farcie décollent devant notre pare-brise. On traverse les forêts sous un petit crachin et l’on arrive dans ce canyon sublime aux couleurs rouge au sol et sur une partie de la colline parsemé d’un vert de gris ou des vignes et des amendiers veillent sur notre chemin.

Arrivés à Aninon nous cherchons le musée de l’huile d’olive, c’est ballot c’est fermé. On se perd dans le village, et dans une ruelle on sert fort les dents et le reste, on passe plus que juste.

Reprise de la piste, caillouteuse on y croise la guardia florale et un peu plus loin un joli land 90 toujours des 33 qui se balade sur le RB en faisant les hôtels des monastères.

On finit notre journée au camping de Veruela de Moncayo bien fatigués.

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *