Mauritanie Maroc 2017

21 Avril, De Chegaga à Imitek – étape 6 – 332 Kms

On part à 6 heures le ventre vide, on zigzague dans l’oued nos montures volent lourdement dans les dunettes dont la face ressemble à des murs. On sort de l’oued, jolie piste on drope fort et comme on est sorti du sable, on regonfle ! On roule, tiens un peu de sable, oh encore du sable et Bing on tourne le volant et notre dromadaire s’écrase mollement dans le sable mou, mon Gepetto fait marche avant, marche arrière et s’enfonce encore plus, Jean Pierre s’est aussi enlisé Bertrand n’a qu’une envie c’est de sortir sa boîte à baffes mais creuse pour nous sortir de ce merdier pendant ce temps les petits morveux se moquent de nous mais creusent, dégonflent les pneus portent les plaques de vrais pro !!! On repart sauver Christian qui lui aussi est posé sur le ventre comme une baleine échouée sur la plage. On sort de là et on jardine dans les tamaris ça saute de partout. Ça fait 2 heures que nous sommes partis et la journée n’est pas finie.

On gagne la grande piste vers 10h00, on regonfle tous et on repart, vers 10h30 la moto 56 nous dépasse, Christian lui demande de retenir toutes les motos au CP1. On roule comme des dingues, mes fesses quittent mon siège plus souvent qu’à leur tour, premier contrôle de l’armée qui nous demande ce que veut dire loc, pax, ktm etc.. Sur la liste que Christian et Annick ont laissé on explique plus ou moins et on échange quelques mots en berbères ils sont contents et nous laissent passer youppi. Quelques motos nous dépassent, on en depasse certain qui se sont arrêtées à l’ombre, on file aussi vite que l’on peut suivit par Jean Pierre. On arrive au CP à 11h20 ou Bertrand et Jean Michel ont commencé le pointage merci Jérémy d’avoir fait patienter tes potes motards. On reprend le poste et la famille Gallet au grand complet reprend sa course pour atteindre le CP2.

Un peu de calme, on s’installe, j’ai une vague impression d’avoir les ovaires à la place des amygdales et les motards arrivent gentiment, Yann et Violaine arrivent (c’est la voiture infirmière) ils ont mis 4h30 pour faire ce que nous nous avons mis presque 8 h à faire. Mais on leur a fait la trace haha ça les a bien aidé.

Une petite faim commence à se faire sentir, on se prépare une salade on sort une boîte de pâté on mange il est 13h30 quand l’équipe médicale revient. 2 motards ont actionnés leur balise et sont à plus de 80 km de là. Il faut aller les chercher. La voiture poubelle suit la voiture du docteur, dit comme cela ça fait un peu Urgence à la Georges Clooney, mais le risque de déshydratation est majeur, ils n’ont plus d’eau et il fait 40 degrés.

Pendant ce temps nous n’avons toujours pas vu la moto 90, notre Gilbert national tu es où ? Et puis à 100 metres d’où on est, un grand mec en bleu sur sa petite bécane roule droit devant lui nous snobant grave et oui le Gilbert est dans son monde.

On quitte notre CP pour rejoindre le bivouac. Annick et Christian filent devant pour aider à la sortie de nos blessés.

On regagne le bivouac créé spécialement pour le raid car tous les hôtels de Tata ont été réquisitionnés pour l’armée américaine. Des tentes berbères sont montées, des sanitaires et un salon salle à manger créés de toute pièce nous attendent.

Nous retrouvons Alexis et Anthony avec le pied platré façon tajine, ils vont être rapatriés mais en attendant Alexis joue au Pacha sur son matelas entouré de sa cour et Anthony façon échassier fait de la mécanique. Quand je vous dit que les motards sont des extra terrestres. Aurélie et Arthur ont rejoint le groupe sa moto sera opérationnelle après demain et en attendant Alexis lui prête sa bécane. Le raid de l’amitié trouve ici toute sa signification.

On passe une très agréable soirée en compagnie de tous les oscars. On va se coucher sans nouvelles de l’équipe de secours et des 2 motards mais demain départ 7h pour rejoindre notre CP, the show must GO on !!!

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *