Mauritanie Maroc 2017

22 Mars, Et ça roule…

Après avoir passé une nuit cool à écouter le vent battre, je me suis levée de bonne heure. Ici ce n’est pas un camping, donc pas de sanitaire et pour le petit pipi du matin faut se trouver un coin tranquille pas facile avec tout ce monde autour. Donc je me ballade à la recherche du bon endroit et j’aperçois un Mercedes classe G super beau, je fais un petit coucou très dégagé et je note que ce sont des asiatiques. L’air de rien j’ai trouvé mon petit coin tranquille.

Retour au dromadaire heureuse, mon Gepetto à préparé le petit dej. Je l’amène visiter les emplacements et les heureux propriétaires du classe G sont des japonais du Japon. Ils se font un tour du monde en voiture et sont super sympa, on baragouine notre anglais très scolaire, on visite nos voitures, on se congratule, on s’échange de façon très protocolaire nos cartes de visites, on se salut à la japonaise et on se quitte mais peut être qu’on les reverra à Agadir.

On reprend la route sous un vent d’enfer, notre pauvre dromadaire souffre, 80km/h et 19 l de moyenne ça me fait mal.

Petit arrêt à Boujdour, ballade dans la ville où on retrouve tous ces beaux légumes et fruits qui égayent les étales. On fait quelques achats pour le bivouac de ce soir, poivrons, tomates, oignons, bananes, raïbe (yaourt artisanal marocain c’est une tuerie!!) et on reprend la route pour se trouver un bivouac à l’abris du vent. Petite piste à gauche, on descend et on trouve un village de pêcheurs désaffecté ainsi qu’une belle bâtisse qui nous protégera du vent. On s’installe, je prépare mes légumes et je commence à les cuire, je coupe le jambon pour l’apéro il est 18h15. Deux individus arrivent, ne nous demandent pas nos fiches de police mais nous disent qu’on ne peut pas rester c’est une zone militaire!! La bonne blague tout le Sahara occidental est une zone militaire, en bord de mer tu trouves des cabanes de surveillance tous les 500 mètres. Comme nous ne pouvons pas discuter on remballe et on part. 15 km plus loin on descend une petite piste et encore un village desafecté on commence à se positionner et là, d’une maison aux fenêtres brisées un militaire sort et nous raconte la même chose que les autres, c’est une zone militaire !!! Je n’ai jamais vu autant de militaires de ma vie et qui n’ont même pas l’air de militaire en plus.

Il est 19h00, on ne va pas jardiner de nuit tant pis nous retournons à Foum el Oued, on est sur d’être à l’abris au camping. On roule, enfin l’homme roule et me maudit car je n’ai pas voulu qu’il rajoute une barre de leds pour voir mieux de nuit (on roule jamais de nuit.. En théorie !!)

On arrive à la nuit noire et nous ne serons pas seul. Un camping car, 3 4×4 plus nos 2 voitures le proprio est content

Ecrit par

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :