Maroc 2019

5 mai Etape 6, M’Hamid – Chegaga, Environ 170 Kms

On a prévu de se lever à 6h mais pas compris pourquoi notre téléphone marque 5h et nos montres 6h, pas grave petit dejeuner rapide et on plie bagage. Le jour se lève. On jardine un peu, beaucoup, on voit…
Le soleil apparaît sur les dunes et la piste qui nous mènera vers le CP se dévoile enfin à nos yeux.
Les Berthé rejoignent leur CP3 et moi j’installe mon Gepetto au CP2 et je pars vers le CP1 en voiture seule scoop je roule dans le sable, je suis hyper concentrée, c’est la grande aventure bref j’ai fait 500 mètres et je suis fière de moi.
Il est presque 9h et j’attend très étonnée de ne pas voir de motards. 8h30 Diego et les 2 voitures de médicaux arrivent et j’apprends qu’il n’est que 8h30 changement d’heure pour cause de ramadan.
Retour seule au volant vers le CP2 retrouver mon Gepetto qui sèche au soleil et moi toujours fière d’avoir conduit seule dans le sable
Une équipe médical va stationner avec nous toute la journée.
La chaleur grimpe, quelques motards passent, déjà complètement assoiffés.
Ce midi c’est pâtes aux sardines, un n’aime pas les sardines et l’autre le parmesan, cool.
On est complètement desséché et à force d’abreuver nos motards on a plus d’eau et nos copains les dépanneurs viennent nous en apporter.
On papote, on rigole et le 2ème passage se fait. On commence à doucher les motards, à les mettre un peu à l’ombre, leur donner des bonbons petit ballet joyeux et voilà Ralph et Olivier 2 gentils quadeurs qui arrivent et lorsque Olivier veut mettre de l’essence, en ouvrant son jerrican, avec la chaleur un jet d’essence énorme arrive sur le visage de Ralph celui ci sera doublement douché, savonné et bichonné. Plus de peur que de mal et heureusement qu’on avait pas fait de BBQ 🤪
Il est 16h les médicaux et les dépanneurs partent et nous sommes seuls et complètement amorphes avec la chaleur, 40 degrés et vent chaud. C’est dit on se prend une douche au cul du dromadaire ; le pied, le kiffe complet, le bonheur ma petite Lucette.
17h nous quittons le CP frais comme des gardons et on arrive au bivouac.
On nous invite à l’apéro aux bords des dunes, on suit mais les garçons on confondu bord et haut. Lorsque l’on s’en aperçoit demi-tour c’est pas la plus haute dune mais c’est pas la plus basse et nous ne voudrions pas vexer notre dromadaire qui est croisé entre un fer à repasser et une armoire normande aussi on joue la carte de la sécurité.
On finit gentiment notre soirée au cul de la voiture de Diego à fêter ses fiançailles 😉
La nuit sera douce bercée par le bla-bla-bla des dromadaires amoureux.

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *