Iran 2019

6 Septembre, Trabzon, les noisettes…

Départ matinal sous le vol des canards après une nuit plutôt calme.

Aujourd’hui la destination finale est Trabzon ville sur la mer noire où siège un des consulats Iranien en Turquie. Au début c’est cool, une belle et grande route et petit à petit nous sommes sur une route traversant maints villages. Paysage montagneux et en même temps on est près de la mer, quelques villages accrochés à flanc de colline, une architecture de station de ski c’est étrange.

Nous arrivons enfin à Trabzon après avoir croisé de nombreux marchands de noisettes fraîches les faisant sécher ou les nettoyant sur le bord de la route.

Trabzon grosse ville en hauteur aux rues étroites et aux maisons un peu penchées. Après avoir tourné en rond nous sommes devant le consulat dans une toute petite rue en pierre et pas de niveau du tout. Le Gepetto se gare et va frapper à la porte pour obtenir notre sésame. Pendant ce temps je reste dans la voiture pour cause de tenue vestimentaire pas vraiment appropriée en Iran (short et débardeur ça le fait pas).

Retour de l’homme, je dois venir aussi. Ha ok, allons y…

On attendra dans une pièce où souffle un froid glacial d’une clim mise à fond, on comprend mieux pourquoi en Iran les femmes doivent être couvertes c’est pour la clim 😂

Je sors 2 foulards de mon sac MarryPoppins et on s’en couvre tant bien que mal. Après une heure et quelques engelures le monsieur revient et nous dit de repasser mercredi matin pour prendre nos visas.

Espérons que cela sera bon.

Dès la porte franchie nous décongelons à vitesse grand V.

C’est pas le tout faut sortir de cet endroit. On descend un peu, on tourne à droite ça descend et c’est très étroit. Au bout de la ruelle y’a une voiture donc je vais au repérage.

Je trouve sur la gauche une ruelle plus étroite mais on peu passer et plus loin à droite une ruelle entre fils électriques et immeubles en tour de Pise tellement pentue que ça doit pas être pour les voitures. Un monsieur très gentil à son balcon me dit « no problème good good » heu oui peut-être mais moi pas bien sentir tout ça.

L’homme n’a pas attendu mon retour il m’a suivie et vaillant comme un Turc s’est laissé guider par l’homme au balcon. Cette descente a un air de déjà vécue et me rappelle la traversée de la ville de Kusadasi d’où nous sommes sortis par le souk grand moment de solitude quand les boutiquiers poussent leurs marchandises pour que tu passes et quand les gens t’applaudissent.

Là ce ne fut pas le cas juste 3 jeunes assis qui se sont déplacés pour nous laisser passer.

On quitte la ville pour trouver un appart hôtel où poser nos valises en attendant mercredi.

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *