Mauritanie Maroc 2017

7 Mars, De El Argoub à Mauritanie

Petit départ à 10h, on n’a pas tout à fait compris où se trouvait la frontière mais cela doit être au bout de la route.

Il fait 34 degrés dehors 37 à l’intérieur, ça chauffe grave. On roule c’est plat, plat, plat mais nous sommes vraiment en bord de mer on voit les vagues.
À la sortie d’un virage, oh surprise !! Un vélo, le mec se couvre comme pas possible, on s’arrête, c’est un brésilien, il a chaud on lui donne de l’eau fraîche on lui propose du coca mais que nenni il a soif d’eau fraîche la blague. On repart et on retrouve Pierre à un km arrêté auprès d’un autre vélo, un espagnol qui attend son pote. On fait causette, partage d’eau, de coca ils vont jusqu’au Sénégal en vélo et le brésilien en Afrique du Sud. Courageux les copains.

Allez on repart, sable, mer, du goudron de moins en moins de véhicules sur la route et il fait chaud.

On voit un petit chemin qui va vers la mer on le prend on aura moins chaud pour déjeuner. La petite cabane de pêcheur que l’on voyait et bien que nenni que non c’est un poste de surveillance de la gendarmerie et ils rappliquent au pas de course pour nous demander notre fiche de police et tailler une bavette en français. Il y en a un originaire de Rabat et l’autre d’Errachidia, ils portent l’anorak et la capuche et pour passer le temps ils pêchent.

On reprend la route, et au bout d’une heure que voit on …. La frontière, marocaine vérification des papiers, petite fouille rapide de la voiture et on nous lâche dans le No Man’s land. On en a entendu parlé mais on n’y croyait pas. Une bande de 4km de large sur plusieurs km de long qui n’appartient ni à la Mauritanie ni au Maroc mais au Sahara !!! Les aideurs de passage de la frontière sont légion et nous poursuivent pour gagner quelques euros. À tous les voyageurs négociez avant de les prendre en TTC car ils savent vous faire pleurer. Au milieu de cette piste, ha oui j’ai oublié de dire que ces 4 km c’est une piste, nous voyons une vielle voiture verte kakie et 2 polisario pas souriant pour un sous nous faire signe de passer. Au dessus, il y a 2 voitures des Nations Unies qui surveillent notre périple.

À notre arrivée à la frontière Mauritanienne, une nuée de garçons se jettent sur nous pour nous aider. Visa de la police, suivit de l’achat du visa 2h. De guerre lasse je lâchais 10€ pour que les mouches nous lâchent. Mais celles ci, ne nous lâchent pas. On leur a donné des sous sans travail donc ils vont nous faire passer la douane Gepetto craque et laisse faire, moi je suis.

La douane est passée en 5 minutes chrono une ouverture de la voiture pour la forme et une boîte de doliprane. Après il nous reste les contrôles de police de sorties. C’est un peu compliqué, mais on y arrive. Entre temps, j’ai oublié, Pierre a pris à son bord un jeune autrichien qui se dirige vers Dakar en stop !! Et oui après les vélos, le marcheur. Mais comme le garçon est rentré avec nous il doit sortir avec nous. Et oui c’est l’Afrique.

On sort enfin de la frontière et nos charmants zozo nous suivent les 10€ donnés ne sont pas suffisants ça n’a payés que le passe avant. J’explique, en réalité tu fais la queue jusquà ce qu’un douanier vienne fouiller ta voiture mais si 19h arrive la frontière ferme donc tu attends jusqu’au lendemain. Sinon tu payes le passe avant 10€ et tu passes plus vite. L’homme craque, rajoute 10€ et prend une aspirine.

Allez il est 18h passé et nous avons mis 4h pour passer les 2 frontières. Ce soir ce sera camping de la baie des lévriers à Nouadibhou où nous passerons la nuit.

C’est pas un petit patelin, c’est très coloré, c’est l’heure du marché tout le monde est dehors, ça traverse n’importe comment et les voitures roulent comme elles veulent.

On arrive au camping qui fait chambre aussi, le petit jeune y dormira nous aussi.

Ce soir c’est Resto chez un espagnol marié à une chinoise, ça n’a rien de local mais le poisson est bon.

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *