Mauritanie Maroc 2017

8 Mars, L’aventure c’est l’aventure

On est parti tard mais vraiment tard. A tel point que nous avons déjeuné avant de partir, et même que l’homme a été faire des photocopies de fiches de polices ici ils en demande tous les 20 km. Bonjour ! Contrôle de police ! Tout va bien ? Vous êtes français ? Vous venez d’où ? Vous allez où ? et vous avez votre fiche ? Et tu donnes un petit bout de papier avec tes renseignements qu’ils ne regardent pas et que tu sais même pas si ça sert à quelque chose.

On roule quand Pierre nous dit « je ferais bien le complément de mon plein à la prochaine pompe essence » ok on s’arrêtera. Nouveau contrôle, nouvelle fiche qui change de main et la prochaine pompe c’est à Boulenouar(c’est en phonétique) on rentre dans le village, on demande oh ben non c’est sur la route ok on reprend la grande route et en effet on voit un ancien bâtiment avec 2 voitures arrêtées… Personnes, on attend mais aux pompes il y en a 2 qui datent de la dernière guerre et pas de courant. On repart en pensant que c’est plus loin, 15 km plus tard toujours rien à l’horizon on demande à un marcheur local qui nous dit de faire demi tour et que la pompe c’est la bonne mais qu’il faut demander à l’hôtel cool on retourne sur nos pas et on se prépare à compléter nos pleins gros moment de doute quand le type nous dit après essai  » heu c’est en panne » , le type monte dans la voiture de pierre ils reviennent 5 minutes plus tard un petit bonhomme ouvre sa guitoune et sort ses bidons plastics de gasoil. Tout compte fait nous ferons notre plein à Atar.

On reprend la route et au bout de 20 km Gepetto me dit on a loupé l’entrée de la piste c’était à Boulenouar, mais je lui répond  » le gendarme a dit c’est mieux au km 125″ réponse de l’homme  » il a dit ça pour pas qu’on prenne pas les pistes » ok on retourne sur nos pas. Les clowns !!!

On rentre dans le village, parfois on est content d’être né ailleurs !.

On jardine un peu et on trouve. Une heure pour faire 5 km il est 16h30 on se pose pour voir ce que l’on fait et étudier les pistes.

On est en bordure de voie ferrée, il fait 38 degrés, il n’y a pas un souffle d’air et les mouches nous attaquent de toutes part. Les hommes bossent, je te sors le Gandini, les cartes IGN, les cartes russes, les ordi, les vues satellites et moi je tourne en rond je longe la voie ferrée et ne vois aucune traces de rien, sauf des baraquements en ruines, une voiture cannibalisée et des corbeaux voler.

Il a été décidé qu’on sortait tout droit direction les poteaux téléphoniques de ce bourbier puis que 30 km plus loin on rejoindrai la piste….. Qu’avait dit le gendarme … Km 125 !!!

Petit repas et gros dodo le vent se lève, les mouches partent se coucher, un troupeau de chameau passe ainsi que le train de minerai

Camping de Nouhadibou, à noter la 204 qui vient de France et qui va bientôt y repartir

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *