Espagne - Portugal 2021

Du 16 au 18 septembre,

Une brume épaisse s’élève du lac, il est où le monstre ? Il fait pas bien chaud lorsque l’on quitte la place. Direction Outeiro ou on reprend la piste, on tourne toujours autour du fameux lac aux berges immenses, le tout sous un ciel gris et chargé, bref pas le pied.

Après une piste bien tôle ondulée on se décide à disparaître des radars et d’aller sur Nazaré puis Péniche et Sintra voir si le ciel sera plus clément pour nous.

On traverse de jolis villages et nous prendrons le temps de les visiter au retour.

On arrive à Péniche après quelques péripéties de GPS, des 2, aucun ne donnaient la même direction.

On a finit sur une petite route gravillonnée à faire la course avec une dame à vélo on l’entendait rouspéter alors on l’a laissé gagner. On est brave !!

Ce soir c’est dîner à l’intérieur fait trop froid dehors.

Après une petite nuit bien douce, on prend le bus pour le centre ville, visite du marché de fringues ou le badaud se fait haranguer de toute part. Ça me rappelle l’époque ou on amenait les filles sur les marchés espagnoles.

Puis petit tour sur le marché municipal de bouche. Moins bruyant, aux couleurs éclatantes entre les tomates, poivrons, courgettes, courges et tous les fruits entremêlés c’est un peu le ventre de la terre. On y prend un café et l’on observe les vendeurs, acheteurs et même les candidats à une élection venir caresser leur électorat

Balade sur la Croisette de Nazaré, le vent souffle un peu, la mer projette ses vagues sur le sable, les oiseaux de mer très rieur se font une joie de faire des loupings sur les marcheurs. 

Les restaurants et les vendeurs de souvenirs se côtoient et font face à la mer. Sur la plage, des “mamies” vendent leurs poissons qui sèche au soleil sur un bel étal.

Après avoir été jusqu’au port nous nous dirigeons vers l’élévateur de Nazaré direction le Sitio.

Belle vue du haut sur la baie c’est grandiose d’autant plus que le ciel est bleu et que le soleil brille.

Petit restau bien sympa où nous papotons avec des portugais vivant en France ça aide beaucoup.

Pour la digestion on va regagner le camping à pied m’est avis que c’est pas gagné. Balade dans les ruelles de Nazaré, petit arrêt pour 2 courses et je retrouve monsieur entrain de papoter avec une française portugaise qui vit ici et qui va nous raccompagner au camping, elle est pas belle la vie ?

Arrivée au camping direction la piscine pour un repos mérité.

Retour voiture car le temps se couvre. Une bruine très bretonne nous tombe dessus, soirée dehors foutue on restera près de la cheminée.

Nuit venteuse, nuit heureuse, ce matin glandage, rangement et après, départ vers Péniche. On prend le chemin des écoliers, on traverse des petits villages blancs, ici ils sont tous blancs. Sur beaucoup de maisons les azulejos sont présents soit à connotations religieuses soit tournés vers la mer. On dépasse Obidos petite ville fortifiée que nous ne visiterons pas car trop en hauteur et je n’ai pas pris mes guiboles dahu.

Petite visite de Péniche, arrêt dans la forteresse, balade dans les ruelles et retour voiture. On longe la côte ou les moulins blancs nous font de l’œil.

Falaises hautes, rouleaux et vent cette mer n’est pas pour moi, l’eau ne doit pas être chaude.

On arrive à Ericeira, spot de surfers et de teffeurs.

Camping remplit, normal c’est le week end, on se pose et on part se promener.

c’est soit la descente en premier et la montée après ou le contraire, soyons fainéants et commençons par la descente; on n’ira pas plus loin que le très gros magasin QuickSilver qui attire comme un aimant les yeux de Monsieur. Magasin impressionnant.

Remontée gentille vers le restau en bord de mer ou tout en prenant l’apéro on assistera au coucher du soleil.

Ecrit par

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :