Espagne - Portugal 2021

Du 21 au 22 septembre jusqu’à Arronches

Après une nuit bien calme un petit dej au soleil nous voilà sur les pistes, bon on s’est un peu planté mais la piste est belle, en sable, zigzaguant entre pin et eucalyptus et traversant des hameaux et des fermes.

Petit arrêt pour le café du matin ou la dame est pour une fois super gentille.

On reprend la piste entre rivière et champs de riz puis ça grimpe et nous voilà entrain de tourner autour du lac d’Albufeira de Maranhāo avec son imposant barrage.

On coupe et nous arrivons à Portalegre, mais qu’est ce qu’ils ont ces portugais à construire leurs villes en hauteur, c’est trop dur à visiter donc on amène la discomobile se faire graisser les boulons. Chacun a le droit à une petite beauté.

Ce soir c’est camping tranquille près de Marvão. Soirée calme à écouter les cigales et voir voler les chauves souris.

Petit dej dehors au soleil, grosse toilette, papotage avec les patrons devant notre café et à nous la petite sœur d’Obidos, la petite Carcassonne portugaise nous voilà sillonnant ses ruelles, marchant le long des fortifications vue à 360 degrés sur le Portugal et l’Espagne pendant que les faucons du coin nous survolent.

On quitte la ville fortifiée direction Costello de Vide autre ville en hauteur avec château fort, la vie ne doit pas être facile pour les personnes âgées quoiqu’elles aient l’habitude. L’Alentejo représente 2/3 du Portugal et seulement 5% de la population y vit, voilà le pourquoi on a pas rencontré grand monde sur notre route.

On redescend sur Portagem voir la rivière et manger. Déjeuner au bord de l’eau, donc facile je mange et les moustiques se régalent, c’est super.  On goûte une super huile d’olive bien parfumée , celle de Marvão ! mince on n’a pas envie de remonter, mais le restaurateur nous en rétrocède une bouteille. C’est bien sympa !

Reprise des pistes gentilles entre vaches et moutons, quelques cultures de courges énormes, de vignes, d’arbres à coings et après quelques poules nous sommes en Espagne. On se fait un petit plein d’essence et on repart en sens inverse.

Quelques zigzags et nous voici arrivés à Arronches. Un peu de marche dans les ruelles et nous voici arrêtés par un gentil papi qui nous amène dans un garage, il souhaite nous vendre de l’huile d’olive de derrière les fagots, puis comme nous ne sommes pas réceptifs il sort les fromages dans un bocal en verre et malgré ça, ça pu fort !

Retour à la voiture on se trouve notre bivouac, apéro avec un vol de cigognes, quelques gouttes d’eau on remballe tout et on se replie. Le vent se lève, l’orage gronde et la pluie ne cessera pas de la nuit.

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *