Espagne - Portugal 2021

Les 14 et 15 septembre,

Cette nuit il est tombé des trombes d’eau, éclairs et tonnerre ont veillé sur notre sommeil.

Journée pluvieuse journée heureuse, on va laver les draps.

Chose faite et sous une éclaircie on prend la route sans les pistes direction Serpa. Les gros nuages noirs nous suivent tranquillement. 

Vu de la route les paysages sont sympas, notre regard se porte plus loin sur les arbres fruitiers et des serres géantes.

Nous arrivons sur une route/piste entre ce que nous prenions pour des nurseries d’oliviers mais qui en réalité sera de la culture intensive d’olives pour huile et autres productions à bas coût et des cultures d’amandiers.

Tout est clôturé, on passe par dessus le Rio Guadiana et 2 magnifiques spécimens de ragondins nous passent devant tranquillement ils vont sûrement au marché.

On traverse la ville de Serpa, tout en haut, dans ces petites ruelles que Monsieur adorent, très près de la ville fortifiée.

Stop au camping municipal, super bien placé, propre et tout et tout il est 14h30 une petite faim se fait sentir.

Restau de la piscina, bien sous tout rapport quand le déluge nous tombe dessus on se raplatirie rapide à l’intérieur et l’homme se gave de dessert pour faire passer l’orage.

Balade au centre historique, espèce de ville close aux jolies maisons blanches.

Retour fissa à la voiture lorsque le ciel s’obscurcit .

La soirée sous la pluie se passera à jouer au “6 qui prend”.

Au matin soleil timide, préparation presque rapide et on reprend la route, les champs sont détrempés, la boue est sur la route. Premier arrêt à Moura pour le café, puis balade dans la vieille ville, ne pas louper les Ruas de Floras. Petites ruelles fleuries près de la mairie.

On roule,  arrêt à Mourao on se fait jeter par un resto trop plein alors qu’il a encore 2 tables de libres et on atterrit dans un routier super sympa et bien bon.

On traverse la lac d’Albufeira d’Alquelva pour arriver à Monsaraz. Visite du village très touristique aux ruelles hyper glissantes quand il pleut. Petit tour dans les ruines où des corridas ont lieus.

Rencontre avec un français qui tient une boutique de produits locaux, qui vit ici depuis 16 ans. On y a appris que les chênes-liège sont coupés tous les 9 ans et que le chiffre inscrit dessus n’est pas celui du propriétaire mais celui de l’année de la coupe. Enfin nous atterrissons près de la base nautique du lac d’Aquelva pour un beau bivouac.

Petite soirée à regarder le couché de soleil et les bateaux changer de sens en fonction du vent et moi je me carapate rapide à l’intérieur car les moustiques m’attaquent avec la nuit qui arrive…

Mourão
Mourão

Ecrit par

2 Comments

  1. Merci de nous faire partager ce voyage c’est un beau pays .nous nous sommes dans le Périgord et la météo n’est pas terrible
    Bisous

    1. Avec plaisir, ici aussi temps moyen. C’est pluie ou beau avec vent. Aujourd’hui beau. et demain ça se gâte. On remonte tranquille. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :